Blanche Neige, la suite

Cinéma
Blanche-neige, la suite
Genre
Comédie
Technique
Animation 2D

Blanche Neige, la suite

Cinéma

Infos techniques

Titre original

Blanche-neige, la suite

Durée

82 minutes

Date de sortie en France

Pays d'origine

Belgique : sortie le
France : sortie le

Réalisation

Picha

Société de production

YC Alligator Film
Tchin Tchin Productions
Steve Walsh Productions
De Familie Janssen cbva
Orange Studio Reklamy
Radio Télévision Belge Francophone
Eurimages
Vlaams Audiovisueel Fonds
Centre du Cinéma et de l'Audiovisuel et des Télédistributeurs Wallons
Centre national du cinéma et de l'image animée
Tax Shelter du Gouvernement Fédéral Belge
Meda Steel
EVS Broadcast Equipment
Belram
Lavanya
Casa Kafka Pictures
Soficinéma
TPS Star
Société des Producteurs de Cinéma et de Télévision (Procirep)
MEDIA Programme of the European Union

Synopsis

Interdit aux moins de 12 ans

Aprés que le prince est réssucité Blanche-Neige, une pseudo Bonne Fée plus très fraîche apparait, mais il s'avère qu'elle en pince pour le Prince. Avec un revers de baguette magique elle fait apparaitre la Belle au Bois Dormant dans le but de semer le trouble. Le Prince Charmant se voit obligé de la réveiller d'un baiser. Dès lors, rien ne va plus.

Critique

Médiocre

Le summum du mauvais goût

Blanche Neige, la suite, réalisé par Picha, revisite le conte classique d'une manière qui se veut provocante et irrévérencieuse, uniquement à destination des adultes. L’histoire s'inscrit dans une démarche de parodie et explore des situations obscènes et délibérément choquantes, adoptant une tonalité qui va à l'encontre du caractère familial du conte d'origine.

 

Blanche Neige, la suite image 1

 

Les points faibles


L'approche du réalisateur interroge quant à la pertinence de cette réinterprétation. La grossièreté et l'obscénité du film sont des éléments navrants de la production qui déplorent une absence de justification et d’intention artistique exceptionnelle. La provocation semble l'unique motivation derrière cette réalisation bête et affreusement puérile.

Tous les aspects de la production brillent par leur manque d'ambition. L'animation est médiocre, les dialogues sont stupides, l'histoire est glauque, et on ne parle même pas des messages consternants que véhicule l’œuvre... Inutile de tergiverser, le film est le summum du mauvais goût.

 

Blanche Neige, la suite image 2 et 3


 

En conclusion


Déplorable, Blanche Neige, la suite s'inscrit dans une approche cinématographique qui semble davantage axée sur la provocation gratuite que sur une réelle réinterprétation artistique. Les choix du réalisateur sont marqués par une grossièreté excessive et une obscénité sans justification apparente. Le spectacle est tout simplement tordu et on ne peut que se féliciter qu’il demeure le dernier long métrage de Picha, tant le réalisateur a déshonoré le genre tout au long de sa carrière.

 

Blanche-neige, la suite
 

Avis rédigé par Guillaume H. le , d'après une version française

Production

Distributeur

Portrait

Dossier