Trois raisons de visionner L’Imaginaire.

Publié le 3 juillet 2024 par Erizu
Trois raisons de regarder L'Imaginaire 1

L’Imaginaire (nommé Amanda et les amis imaginaires au Festival d’Annecy), réalisé par Yoshiyuki Momose pour les studios Ponoc, sort ce vendredi 5 juillet sur Netflix. Que vaut ce nouveau long-métrage, tiré d’un roman d’A.F. Harrold ? Pour répondre à cette question, voici trois raisons de tenter le visionnage :

 

1 - La nouvelle production du studio Ponoc

L’Imaginaire a été créé par le studio Ponoc… un studio à suivre de près, pour tout fan d’animation. En effet, cette société a été fondée par plusieurs anciens collaborateurs du mythique studio Ghibli (dont Hiromasa Yonebayashi, réalisateur d’Arrietty, le petit monde des chapardeurs et de Souvenirs de Marnie). On leur doit déjà le long-métrage Mary et la Fleur de la Sorcière, ainsi que la compilation de courts-métrages Héros modestes (disponible sur Netflix). Doté de plusieurs grands talents de l’animation nippone, le studio Ponoc semble d’ores et déjà se présenter comme un héritier potentiel du studio de Totoro (même si ce dernier a toujours de beaux jours devant lui, personne ne parle de l’enterrer). Pour cette raison, il peut être intéressant de suivre l’actualité d’un jeune studio émergent.

 

Trois raisons de regarder L'Imaginaire 2

 

2 - Le monde enchanteur des amis imaginaires

Le film part d’un postulat propice à la créativité : celui des amis imaginaires. La petite Amanda parle et joue avec son ami Rudger, fruit de sa propre imagination. Si ce concept n’est pas sans évoquer Bing-Bong, l’ami imaginaire de Riley dans Vice-Versa, l’œuvre de Momose fourmille d’idées qui n’ont rien à envier à Pixar. Toutes les aventures imaginées par Amanda sont vécues de façon réelle par Rudger, le décor évolue en fonction des jeux de la fillette. Les différents personnages imaginaires possèdent tous des facultés dépendant des besoins de leurs créateurs (par exemple, Rudger ne peut pas pleurer, Amanda l’ayant imaginé sans larmes). L’intrigue développe également tout un univers peuplé d’amis imaginaires, ces derniers survivant grâce à l’imagination et à la fiction. Le film joue donc à fond sur son concept et profite de toutes les possibilités offertes par l’imaginaire de l’enfance.

 

Trois raisons de regarder L'Imaginaire 3

 

3 - Quand l’élève s’émancipe du maître

Le chara-design et l’animation de Mary et la Fleur de la Sorcière s’avéraient malheureusement un peu trop calqués sur le modèle du Studio Ghibli. Le constat était le même pour le segment Kanini et Kanino, issu de la compilation Héros modestes. Le studio semblait parti pour se contenter de copier la recette magique de la filmographie de Miyazaki. Fort heureusement, L'Imaginaire parvient à s’en émanciper pour développer son propre style visuel. Les ombres deviennent ici plus prononcées, les personnages gagnent ainsi en relief. Les ombres donnent un léger aspect « peinture ». Le spectateur se retrouve alors immergé dans le monde du dessin et par extension, dans celui de l’imagination.

 

Trois raisons de regarder L'Imaginaire 4

 

Pour toutes ces raisons, L'Imaginaire s’impose comme un événement incontournable de cet été, pour tous les passionnés de Japanimation.

Plus d'actualités

11 juillet 2024

Découverte: Goodbye Monster

Les distributeurs Eurozoom nous ont permis de découvrir le fantastique Goodbye Monster, un film chinois spectaculaire réalisé par Jianmin...

10 juillet 2024

Shrek sera de retour en 2026

Le cinquième volet de la célèbre franchise de DreamWorks sortira durant l’été 2026.   La société de production DreamWorks a annoncé ce ...

8 juillet 2024

La Fête du cinéma d'animation 2024

Projections et rencontres rythmeront cette nouvelle édition de la Fête du cinéma d’animation qui se déroulera du 11 au 31 octobre 2024 pa...